Archives de Tag: Berlin

Berlin, moins underground, toujours turbulent

Pour les mélomanes, Berlin évoque de vieux souvenirs punk-rock de Nina Hagen ou rappelle les premiers pas de la musique électronique dans des clubs devenus des institutions de la nuit comme l’UFO, le Trésor ou plus récemment le Panorama. Si la ville est restée une place forte de l’électro et un bastion des mouvements autonomistes, elle est aussi devenue à partir des années 2000 la capitale du rap allemand. Récit d’une éclosion tardive. Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Hip-hop en Allemagne, Reportages

Introduction au rap allemand

Krauts With Attitude (1991), première compilation de rap allemand, regroupant de futurs grands noms: Fanta Vier, LSD, Advanced Chemistry.

Méconnue en France, la scène rap allemande est pourtant l’une des plus actives en Europe. Petit détour outre-Rhin pour un premier aperçu du « Deutsch rap », notamment à travers son histoire et sa géographie.

Die Fantastischen Vier, Aggro Berlin, Advanced Chemistry, Bushido, Torch, Absolut Beginner, King Orgasmus… Ces noms ne vous disent sûrement pas grand chose, alors qu’ils font partie des références incontournables du rap allemand. Un pays qui héberge le plus grand festival européen de Hip-hop, le Splash! Festival, chaque année à Chemnitz. L’auditeur érudit de rap ne peut donc faire l’impasse sur ce pays, ne serait-ce par curiosité. Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Hip-hop en Allemagne, Reportages

Les « piverts » à l’assaut du Mur de Berlin

Petit aperçu des ancêtres de la presse spécialisée, avec le fanzine allemand Enterprise.

Fanzine de la scène underground berlinoise, Enterprise réalise au printemps 1990 l’interview de Sake et Bus 126, deux graffeurs qui rejoindront par la suite le légendaire collectif Partners of Crime. Extraits de cet entretien paru dans Enterprise n° 1, en juin 1990, dans lequel les deux graffiti-artistes dénoncent le massacre de leurs fresques par les mystérieux « piverts ».

Entrprisegraff_p13_0004

Le fanzine Enterprise, l'un des pionniers de la scène berlinoiseComment en êtes vous arriver à graffer ?

Après avoir vu des films comme par exemple Beat Street et  Wild Style.
Depuis combien de temps graffez vous ?

Depuis fin 1988.
La majorités des writers vont-ils sur le Mur  pour graffer ?

Auparavant, les graffeurs étaient nombreux à saturer le Mur de couleurs, mais beaucoup se tournent actuellement vers les trains et les façades d’immeuble.
Quels sont les avantages et les inconvénients à graffer sur le Mur ?

L’inconvénient décisif est que sur le Mur, Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Hip-hop en Allemagne, Les mutations de la presse rap

Le graffiti allemand chassé de son jardin d’Eden

Berlin-Ouest, ville emmurée, est longtemps restée ouverte à toutes les cultures émergentes, pour le plus grand bonheur du graffiti, qui y acquit ses lettres de noblesse en décorant le Mur. Mais sa chute a sonné la fin d’une ère libertaire, regrettée par les graffeurs Jumbo, Mesia et Stage.

Le refuge
Le refuge: Le Yaam, l’un des derniers lieux où l’on peut graffer sur le Mur. Une exception menacée par la rénovation de l’East Side Gallery.

Rouge ardent et chrome argenté. C’était la signature berlinoise dans le microcosme du graffiti. Une composition criarde de couleurs vives pour trancher avec la pâleur du paysage, couvé par un ciel bas et laiteux. « Ces tons étaient parfaits, tu les voyais de loin, impossible de les rater dans la rue. Le secret, c’était ce rouge très pigmenté, qui adhérait très bien au mur », raconte Jumbo, qui usa ses premières bombes de peintures à la fin des années 1980.

Ce fameux rouge, le hitzerot, est désormais le symbole d’une époque révolue. Interdit en 1994 pour des raisons de santé publique, il a progressivement disparu avec les derniers vestiges du Mur de la honte. Depuis, la capitale de l’Allemagne réunifiée tente de redevenir une ville normale et considère le graffiti comme un fléau urbain. Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Hip-hop en Allemagne, Reportages